Le projet
Le bateau
Les hommes
Le budget
Préparatifs
Partenaires
Le voyage
2016
2017
2018

Tous les articles

Le Départ 26-05-2015

Molene - Bere Island 29-05-2015

Bere Island - Dublin 31-05-2015

Cap sur Greenland 05-06-2015

De Nuuk à Sisimiut 04-07-2015

De Sisimiut à Ilulissat 18-07-2015

Toujours plus nord 29-07-2015

Cap sur le Canada 11-08-2015

Resolute - Gjoa Haven 16-08-2015

Gjoa Haven-Cambridge Bay 23-08-2015

Cambridge-Tuktoyaktuk 28-08-2015

Tuktoyaktuk-Nome 05-09-2015

Nome - Sand Point 17-09-2015

En guise de conclusion 11-10-2015

Nome - Sand Point



De Nome à Sand Point (17-23 septembre)

 

Nous partons de Nome le 17 septembre à l’aube pour traverser la mer de Bering du nord au sud.

Les prévisions météo nous promettent des conditions assez musclées avec un vent de nord de 30 nœuds (donc heureusement favorable), mais nous n’avons plus à nous préoccuper de la glace sur ce parcours, en cette saison.

 

Après 640 Milles de navigation à bonne allure nous atteignons la chaîne des îles Aléoutiennes au matin du 22 septembre et la franchissons par Unimak Pass, un passage entre les îles Unimak et Ugamak, ce qui nous fait quitter la Mer de Bering pour entrer dans le Golfe d’Alaska.

 

Après les rivages peu élevés et sans relief de la dernière partie du passage du nord ouest, nous retrouvons avec plaisir les paysages magnifiques de hautes montagnes et volcans aux flancs escarpés et souvent enneigés de la chaîne Aléoutienne et de la Péninsule d’Alaska. En contrepartie  nous avons droit à des vents capricieux, variant beaucoup et très rapidement en force et en direction. Il nous reste 180 Milles à parcourir pour atteindre notre prochaine et peut être dernière escale : Sand Point, sur l’île Popov (!)

 

Nous arriverons à Sand Point le 23 septembre à la nuit  tombée (encore, …et vive le traceur GPS pour la facilité des arrivées de nuit dans les endroits inconnus).

Nous sommes heureux de retrouver une végétation bien fournie  avec enfin de vrais arbres, choses que nous n’avions pas vues depuis plusieurs mois, ainsi que des oiseaux « terrestres » aux chants variés. Retour à la civilisation et à un climat plus tempéré.

 

Sand Point est essentiellement un port de pêche avec 800 habitants et 2 conserveries de poisson., deux bars, deux petits supermarchés.

 

A notre arrivée se trouvaient seulement 2 voiliers : un Américain qui semble quelque peu à l’abandon, et un Français « Hakea » immatriculé à Lorient sans personne à bord pour l’instant (Gérard et Maryse qui étaient rentrés en France pour l’été reviennent sur Hakea quelques jours plus tard pour continuer leur croisière en Alaska et compléter un CV nautique déjà bien fourni : Spitzberg et Antarctique entre autres)

 

L’accueil à Sand Point est plutôt sympathique, le port bien abrité, les tarifs du port corrects, il y a un aéroport, Jean Michel décide donc d’hiverner le bateau ici.

 

Arrivés au terme de cette partie du voyage nous cherchons un billet d’avion pour notre retour en France. Compte tenu des vols disponibles et des tarifs, nous resterons ici jusqu’au 05 octobre, ce qui nous laisse le temps de préparer le bateau pour son hivernage, et de visiter un peu l’endroit (malgré un temps souvent maussade).

 

Nous passons quelques jours au ponton de la marina au milieu des bateaux de pêche. Des lions de mer de Steller (grosses otaries) viennent parfois entre les pontons chasser le poisson. Un pêcheur brésilien qui s’est établi ici nous fait visiter son bateau et nous fait cadeau de nombreux poissons : red salmon, king salmon, halibut (flétan), morue.

 

Nous mettons Tiama sur terre plein le 02 octobre. Il y est le seul voilier, entouré de bateaux de pêche (beaucoup ne pêchent pas en hiver et sont mis à terre, bien qu’en principe la mer ne gèle pas ici).

Un aigle pêcheur, ou aigle américain  (pygargue à tête blanche en fait, qui est l’emblème de l’Amérique – ils sont assez nombreux ici et visiblement habitués à la présence humaine ) décide de tester la tête de mât de Tiama comme perchoir, nos protestations en pied de mât ne l’impressionnent guère, mais bon, un aigle en tête de mât cela fait tout de même plus « class » qu’un vulgaire goéland, on fait quelques photos….et on nettoie la fiente….


 

 






Back to Top

You would like a tattoo ZM Free Spirit Tattoo Tatuaje Tatouage Aljezur Portugal